Premiére Partie

Ratio of instructors to Recruits.

The ratio of instructors to recruits should be between 1:1 and 1:3. The recruits should be placed in one rank (line) without arms, at a distance of one pace from each other.

Premiére Leçon

Position du soldat.

Position of the soldier at attention without arms; heels on the same line, close together but comfortable; toes angled out, approximately 30° from center; knees straight but not locked; body perpendicular to the hips, leaning slightly forward; shoulders back; arms hanging naturally; elbows touching the body; little finger of each hand running parallel to the trouser seam; head up without strain; eyes fixed on the ground 15 paces (30') to the fore.

There are two parts to most orders. The first part is the instruction to be performed; the second is the command to execute the instruction. At the instructive order the soldat prepares himself, and at the executive order the instruction is carried out. Most often the executive order will be called out louder than the instructive order. For purposes of clarity, whenever possible, the first part of the order will appear in green type. The executive part of the order will appear in red type. The pronunciation guide for the French will be placed in brackets.

Orders pertaining to standing in formation without arms.

Come to attention. Assume the position described above.

Pelaton (citoyen, ) Garde à vous. [pel·ah·tah n - gahd - a - voo] Platoon attention.

Eyes right (or left). Turn the head so that the corner of the left eye nearest the nose aligns with the buttons of the gilet.

Tête à droite (or à gauche). [tet - ah - dwaht] Head to the right (left).

To return to the face forward position, garde à vous, there is only the executive command.

Fixe. [feex] Eyes front.

At ease is simply an instruction and there is no executive order.

Repos. [ray·poh] Rest.


Deuxième Leçon

À droite, à gauche, et demi-tour à droite.

To the right, left and about face. At the executive command the recruit will turn on his left heel (right heel for à gauche), raising slightly the left toe while at the same time carrying back the right heel to come into line with the left.

Pelaton par le flanc droite, à droite. [pel·a·tahn - par - luh - flahn - dwaht - ah - dwaht ]
Platoon right face.

Turning about face is always done to the right in the French Army. At the instructive order "demi-tour" the recruit should slip the right foot to the rear of the left with heels aligned and toes perpendicular. At the same time reach back with the right hand and secure the giberne against the body so that it does not swing out when turning.

Pelaton demi-tour, à droite. [pel·a·tahn - day·mee - tou r - ah - dwaht] Platoon about face.


Troisième Leçon

Principes du pas ordinaire direct.

Principles of the ordinary step, at 76 paces to the minute, at two feet distance between each step, measured from heel to heel. Carry the foot along near to the ground, bending the knee only slightly. The foot should be planted flat without stomping. The head held erect and directed to the front. The instructor will occasionally call out the step un foot up, deux foot down, or cadence will be called out, à gauche... à droite... à gauche...

Principes du marche sans armes.

To begin marching from a standing position

En avant, marche. [on - ah·vahn - marsh] To the fore, march

To stop marching. When the halt is ordered the recruits should come to attention.

Pelaton, halte. [pel·a·tahn - halt] Platoon, halt.


Quatrième Leçon

Principes du pas oblique.

The march step is pas ordinaire 76 paces a minute. From the standing position; at the word un the recruit will bring his right foot forward 24" but obliquely away from the left foot at a 45° angle; at the word deux the left foot is brought 17" directly forward of the right foot. During this maneuver the shoulders must remain straight and perpendicular to the original line of march.

Oblique à droite, (à gauche) marche, un, deux, un... [oh·bleek - ah - dwaht - marsh, uh, duh, uh...]
To the right (left) oblique march, one, two, one

To resume forward motion the command is the same as from the standing position, yet done on the march.

En avant, marche. [on - ah·vahn - marsh] To the fore, march.


PREMIERE PARTIE

La première partie de l’école du soldat sera toujours enseignée, autant que possible, homme par homme, et au plus à deux ou trois hommes réunis, lorsque le nombre des recrues à dresser et celui des instructeurs qu’on y pourra employer y obligeront ; on les placera alors sur un rang, à un pas de distance l’un de l’autre : le soldat sera sans armes.

Premiére Leçon

Position du soldat

Les talons sur la même ligne, et rapprochés autant que la conformation de l’homme le permettra ; les pieds un peu moins ouverts que l’équerre et également tournés en dehors ; les genoux tendus sans les raidir ; le corps d’aplomb sur les hanches, et penchés en avant ; les épaules effacées et également tombantes, les bras pendant naturellement, les coudes près du corps, la paume de la main un peu tournée en dehors, le petit doigt en arrière et contre la couture de la culotte, la tête droite sans être gênée, le menton rapproché du cou sans le couvrir ; les yeux fixés à terre à environs quinze pas devant soi.

Observations relatives à la position du soldat

Les talons sur la même ligne;
Parce que s’il y en avait un qui fût plus en arrière que l’autre, l’épaule du même côté s’effacerait, ou bien la position du soldat serait gênée.
Les talons plus ou moins rapprochés;
Parce que les hommes cagneux et ceux qui ont la jambe forte ne peuvent les joindre.

Les pieds tournés en dehors et point trop ouvert ;
Parce que si un pied était plus tourné en dehors que l’autre, il entraînerait l’épaule, et que si les pieds étaient trop tournés, il ne serait pas possible de faire pencher le haut du corps en avant, sans que la position ne devienne chancelante.
Les genoux tendus, mais sans roideurs ;
Parce que si l’homme les raidissait, il en résulterait pour lui de la gène et de la fatigue.

Le corps d’aplomb sur les hanches ;
Parce que c’est le seul moyen de donner à l’homme un parfait équilibre. L’instructeur observera que la plupart des recrues ont la mauvaise habitude de pencher une épaule : de creuser un côté ou d’avancer une hanche, surtout la hanche gauche, lorsqu’on leur fait porter l’arme, et il s’attachera à corriger ces défauts.
Le haut du corps penché en avant ;
Parce que les hommes de recrues sont ordinairement disposés à faire le contraire, à avancer le ventre, à creuser les reins, et à reverser les épaules, quant ils veulent se tenir droits, ce qui a de grands inconvénients dans la marche, ainsi qu’il sera expliqué dans les observations sur les principes des pas. L’habitude de pencher le haut du corps en avant est si importante à faire contracter, que l’instructeur doit, dans les commencements, rendre cette position même forcée, surtout pour les hommes dont la position naturelle présenterait la disposition contraire.
Les épaules effacées ;
Parce que l’homme avait les épaules en avant et le dos voûté, ce qui est le défaut ordinaire des hommes de la campagne, il ne pourrait ni s’aligner ni manier son arme avec adresse ; il est donc très important de corriger ce défaut : en conséquence l’instructeur aura instruction que l’habit et la veste des recrues aient l’ampleur nécessaire pour ne pas gêner la position qu’on voudra leur donner, et ne pas rejeter les épaules trop en arrière en les faisant effacer, pour ne pas faire creuser les reins, ce qu’il faut éviter avec soin.
Le bras pendant naturellement, les coudes près du corps, la paume de la main un peu tournée en dehors, le petit doigt en arrière et contre la couture de la culotte :
Parce qu’il est important, soit pour la perfection du port d’armes, soit pour n’occuper dans le rang que la place nécessaire à pouvoir manier ses armes avec facilité, que le soldat ait les coudes bien placés. Cette position des bras, des coudes et des mains, remplit ces divers objets, et a de plus l’avantage de faire effacer les épaules.
La tête droite sans être gênée ;
Parce que s’il y avait de la raideur dans la tête, elle se communiquerait à toute la partie supérieure du corps, dont elle gênerait les mouvements ; ce qui rendrait cette attitude pénible et fatigante.
Les yeux fixés devant soi ;
Parce que la position de la tête directe est le plus sûr moyen d’accoutumer les soldats à maintenir les épaules carrément, principe essentiel auquel il faut les habituer avec le plus grand soin.

L’instructeur ayant donné à l’homme de recrue la position, il lui apprendra à tourner la tête à droite et à gauche, à cet effet, il commandera
Tête = A droite
Fixe

1-A la fin de la seconde partie du premier commandement, le soldat tournera l tête à droite sans brusquer le mouvement, de manière que le coin de l’œil gauche, du côté du nez, réponde à la ligne des boutons de la veste, les yeux fixés sur la ligne des yeux des hommes du même rang.
2-Au deuxième, il replacera de même la tête dans la position directe, qui doit être la position habituelle du soldat.

Le mouvement de tête à gauche, s’exécuter par les moyens inverses.
1-L’instructeur veillera à ce que les mouvements de la tête n’entraînent pas les épaules, ce qui pourrait arriver si on le brusquait.
2-Lorsque l’instructeur voudra ensuite faire passer de l’état d’attention à celui de repos, il commandera :
Repos.
1-A ce commandement, le soldat ne sera plus tenu de garder l’immobilité ni la position.
2-L’instructeur voulant lui faire reprendre l’une et l’autre, fera les commandements suivants :
Garde = à vous.
Peloton
Au premier commandement, le soldat fixera son attention ; Au deuxième, il reprendra la position prescrite ainsi que l’immobilité.


DEUXIÈME LEÇON

A droite, à gauche, demi-tour à droite.


1- Les à droite et les à gauche, s’exécuteront en un temps : l’instructeur commandera :
Peloton par le flanc droit (ou gauche).
A droite. (Ou à gauche).
1-Au deuxième commandement, le soldat tournera sur le talon gauche, élevant un peu la pointe du pied gauche, et rapportera en même temps le talon droit à côté du gauche et sur la même ligne.

Le demi-tour à droite s’exécutera en deux temps : L’instructeur commandera :
Peloton.
Demi-tour = à droite.

Premier temps
1 -Au commandement demi-tour, faire un demi à droite, porter le pied droit en arrière, la boucle vis à vis et à trois pieds du talon gauche, saisir en même temps la giberne par le coin avec la main droite.
Deuxième temps.
1 -Au commandement de à droite, tourner sur les deux talons, en élevant un peu les pointes des pieds, les jarrets tendus, faire face en arrière, rapporter en même temps le talon droit à côté du gauche, et lâcher la giberne.
2 -Lorsque le soldat portera l’arme, il la tournera de la main gauche au premier temps du demi-tour à droite comme il sera expliqué au premier mouvement de la charge, et la replacera dans la position du port d’armes, à l’instant où il rapportera le talon droit à côté du gauche.
3 -L’instructeur observera que ces mouvements ne dérangent pas la position du corps, qui doit demeure inclinée en avant.


TROISIÈME LEÇON

Principes du pas ordinaire direct.
1 -La longueur du pas ordinaire sera de deux pieds, à compter d’un talon à l’autre, et sa vitesse de 76 par minute.
2 -L’instructeur voyant l’homme de recrue affermi dans la position, lui expliquera les principes et les mécanismes du pas, en se plaçant à trois ou quatre pas devant et en face du soldat, et exécutant lui-même lentement le pas, afin de joindre ainsi l’exemple en même temps qu’il exécutera le principe, il commandera ensuite :
En avant
Marche

Au premier commandement, le soldat portera le poids du corps sur la jambe droite.
Au deuxième commandement, il portera vivement mais sans secousses, le pied gauche en avant, à deux pieds du droit, le jarret tendu, la pointe du pied un peu baissée et légèrement tournée en dehors, ainsi que le genou, portera en même temps le poids du corps en avant, et posera sans frapper le pied gauche à plat, précisément à la distance où il se trouve du pied droit, tout le poids du corps se portant sur le pied qui repose à terre ; le soldat passera vivement mais sans secousse, la jambe droite en avant, le pied passant près de la terre, le posera à même distance et de même manière qu’il vient d’être expliqué pour le pied gauche, et continuera de marcher ainsi sans que les jambes se croisent, sans que les épaules tournent, et la tête restant toujours dans la position directe.

Lorsque l’instructeur voudra faire arrêter la marche, il commandera :
Peloton
Halte
Au deuxième commandement qui sera fait à l’instant où l’un ou l’autre pied indifféremment va poser à terre, le soldat rapportera le pied qui est derrière, à côté de l’autre sans, frapper.

Observations relatives aux principes du pas

Porter le poids du corps sur la jambe droite au commandement en avant ;
1 -Pour disposer l’homme à pouvoir former plus vivement son premier pas, ce qui est fort essentiel en troupe.
2 -La pointe du pied baissée mais sans affectation ;
3 -Parce que la pointe du pied baissée fait tendre le jarret, et dispose le pied à poser à plat.
4 -La pointe du pied peu tournée en dehors ;
5 -Parce que si on tournait les pieds trop en dehors, le corps serait sujet à chanceler.
Le haut du corps en avant ;
Afin que le poids du corps repose sur le pied qui est posé à terre, que le pied qui est derrière puisse se lever aisément, te que le pas ne soit pas raccourci.

Marcher le jarret tendu ;
Parce qu’une troupe ne pouvant, sans se gêner et se découdre, marcher comme si chaque homme était isolé, puisqu’il n’en existe pas deux qui marche absolument de la même manière, il est nécessaire que les recrues apprennent à marcher un pas uniforme qui soit marqué et cadencé, sans quoi il n’y aurait pas d’ensemble.

Passer le pied près de terre ;
Parce que si les soldats levaient la jambe plus que nécessaire, ils perdraient du temps et se fatigueraient inutilement. D’ailleurs, si, n’ayant pas un principe déterminé, il levait la jambe ou ployaient les genoux, les uns plus, les autres moins, les pieds ne poseraient pas en même temps à terre, et il n’y aurait ni cadence ni ensemble.

Poser le pied à plat, sans frapper ;
Afin d’éviter le balancement du corps et le raccourcissement du pas, qui auraient lieu nécessairement, si le talon posait à terre le premier, ou si l’on frappait en posant le pied ; ce dernier mouvement ayant accord l’inconvénient de fatiguer inutilement les soldats, et de rompre la cadence, parce que les uns lèveraient le pied plus les autres moins.

La tête directe ;
Parce que la position de la tête directe empêche que les épaules ne tournent, te fait que le soldat marche carrément.
L’instructeur indiquera de temps en temps à l’homme de recrue la cadence du pas, en faisant le commandement un à l’instant où il lève le pied, et celui de deux à l’instant où il devra le poser, en observant la cadence de 76 par minute. Cette méthode contribuera infiniment à bien imprimer au soldat les deux temps dont le pas est naturellement composé.


QUATRIÈME LEÇON

Principes du pas oblique.
La vitesse du pas oblique sera, comme celle du pas ordinaire direct, de 76 par minute : la longueur de ce pas va être indiquée ci après.
1 -Lorsque les soldats de recrue auront acquis l’habitude de bien former le pas direct, de les faire égaux et en longueur et en vitesse, l’instructeur leur fera apprendre à marcher le pas oblique et on le décomposera pour en faire mieux comprendre le mécanisme, ainsi qu’il suit.
2 -L’homme de recrue étant de pied ferme, l’instructeur lui fera porter le pied droit obliquement à droite en avant à environs 24 pouces du gauche, observant de faire tourner la pointe du pied droit en dedans, pour empêcher l’épaule gauche d’avancer : le soldat restera dans cette position.
3 -Au commandement deux de l’instructeur, l’homme de recrue portera le pied gauche par la ligne la plus courte, à environs 17 pouces du talon droit, et restera dans cette position.
4 -Il continuera à marcher de cette manière, aux commandements, un, deux, en arrêtant à chaque pas, ayant la plus grande attention à maintenir les épaules carrément et la tête directe.
5 -Le pas oblique à gauche s’exécutera d’après les mêmes principes : le soldat partira d’abord du pied gauche.
6 -Après quelques leçons de cette espèce, on fera marcher à l’homme de recrue le pas oblique à droite et à gauche sans le décomposer ; ce qui s’exécutera ainsi qu’il suit.

Le soldat étant en marche directe au pas ordinaire, l’instructeur commandera :
oblique à droite
Marche
Au deuxième commandement, qui sera fait à l’instant ou le pied gauche pose à terre, l’homme de recrue commencera le pas oblique à droite, en observant de se conformer à ce qui a été prescrit ci dessus, relativement à la formation, à la longueur des pas, et à la carrure des épaules, mais sans s’arrêter sur chaque pas, et observant d’en faire 76 par minute.

Le pas oblique à gauche, s’exécutera d’après les mêmes principes :
l’instructeur fera le commandement marche, à l’instant où le pied droit pose à terre.

Pour reprendre la marche directe, l’instructeur commandera :
en avant
Marche
Au second commandement qui sera fait à l’instant où l’un ou l’autre pied indifféremment pose à terre, le soldat recommencera la marche directe et le pas de deux pieds.

Observations relatives au pas oblique.
L’instructeur veillera, comme dans la leçon précédente, à ce que le soldat marche le jarret tendu, que le poids du corps se porte sur le pied posé à terre, que les pieds se portent toujours par la ligne la plus courte à la place où ils doivent poser, que la tête reste toujours directe, et que les épaules ne tournent pas.
1 -On exercera beaucoup les hommes de recrues à marcher ce pas qui est difficile dans les commencements mais très utiles dans les mouvements de ligne : c’est d’ailleurs un moyen excellent de leur donner de l’aplomb, et de les habituer à maintenir la direction des épaules : ainsi, on les fera marcher obliquement 50 ou 60 pas de suite, avant de leur faire reprendre la marche directe.
2 -Lorsque l’homme de recrue saura bien former le pas oblique, l’instructeur ne s’attachera pas, avec une précision rigoureuse pour faire observer les mesures qui ont été prescrites pour ce pas ; il donnera pour principe essentiel en aidant de gagner le plus de terrain possible de côté et en avant, dans la même proportion sans déranger la ligne des épaules qui doit être la même que dans la marche directe.
Observations générales relatives au pas direct et oblique.
3 -Pour juger si la position du corps est conforme aux principes qui ont été prescrits, si le pas se forme régulièrement, et si le poids du corps se porte sur le pied qui est posé à terre, l’instructeur se placera souvent à dix ou douze pas en avant, et face à l’homme de recrue ; si alors il n’aperçoit pas la semelle des souliers lorsqu’il lève et pose les pieds, s’il ne remarque aucun mouvement dans les épaules, ni balancement dans le haut du corps, il pourra être assuré que les principes sont bien observés.
4 -Lorsqu’on montrera les principes du pas à deux ou trois hommes à la fois, on n’exigera point qu’ils s’occupent de l’alignement, pour ne pas trop partager leur attention : d’ailleurs, lorsqu’ils auront contracté l’habitude de faire des pas égaux en longueur et vitesse, ils auront acquis le vrai moyen de conserver l’alignement.
5 -L’instructeur doit aussi observer dans le même cas de la réunion de deux ou trois hommes, de les placer à un pas de distance l’un de l’autre, pour empêcher qu’ils ne prennent la mauvaise habitude d’écarter les coudes, ou de s’appuyer sur l’homme qui est à côté d’eux.


 

| École du Soldat |

| Seconde Partie, 1ér et 2ème Leçons [Port d'armes] | Seconde Partie, 2ème Leçon [Loading] |

| Seconde Partie 2ème Leçon [Firing] | Seconde Partie 2ème Leçon [Inspection] |

| Seconde Partie 3ème Leçon et 4ème Leçon [Unit Fire] | Troisième Partie [Marching] |